« Liberté, Qualité, Diversité »

manif_charlie_ff23efdce7Un an après la tuerie qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo à Paris, la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) rappelle que 112 journalistes sont morts en 2015 et près de 2200 depuis 1990.

Il y a un an à Paris, 10 salariés du journal satirique français, Charlie Hebdo, étaient abattus dans leur rédaction par deux terroristes. Des grands noms du journalisme français manquent aujourd’hui à la profession toute entière. Ces assassinats ont eu un tel retentissement que des millions de citoyens et journalistes du monde entier se sont mobilisés pour que soit défendue, partout, la liberté d’expression.

Dès le 7 janvier, la Fédération Internationale des Journalistes, qui représente 600000 journalistes dans le monde, était place de la République à Paris aux côtés de ses affiliés français (SNJ, SNJ-CGT et CFDT-journalistes) ; le 8 devant la rédaction de Charlie Hebdo ; et, derrière les familles des victimes, le 11 janvier à la grande manifestation républicaine.

« En 2015, selon les comptes de la FIJ, nous avons déploré la mort de 112 journalistes dans le monde », détaille Jim Boumelha, le président de la FIJ. « La France arrive malheureusement en tête de notre classement après la tuerie de Charlie Hebdo (10 personnes tuées), avec le Yémen ou l’Irak (10 morts), où les journalistes vivent un quotidien de plus en plus compliqué. Je me réjouis que nous rendions un hommage aux mémoires des journalistes français et je ne peux m’empêcher surtout d’avoir une pensée pour toutes ces familles qui ont été touchées à jamais par ce drame. »

« Il y a eu beaucoup de débats et de réflexions sur la place éditoriale de Charlie Hebdo dans le monde de la presse en France », ajoute Anthony Bellanger, secrétaire général de la FIJ. « En France, le pays de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, mais aussi dans de nombreux pays du globe, il y a une grande tradition de liberté d’expression. Charlie Hebdo et d’autres ont donc toute leur place dans le paysage médiatique. C’est un hebdomadaire satirique qui doit être, par essence, non consensuel. »

Dans quelques jours, la FIJ publiera son rapport sur les journalistes tués dans le monde depuis 25 ans. Et le bilan est lourd. Très lourd. « Depuis 1990, la FIJ comptabilise les professionnels des médias morts à travers le monde dans l’exercice de leurs fonctions », poursuit le président de la FIJ. « Nous déplorons la disparition de près de 2200 journalistes en 25 ans, dont une grande partie au Moyen Orient, soit deux journalistes par semaine ! ».

En ce jour de commémoration de l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo, la FIJ rappelle l’impérieuse nécessité de protéger la liberté d’expression. Elle engage les gouvernements du monde entier à assurer la sécurité des professionnels des médias et à combattre l’impunité afin que les journalistes puissent continuer d’exercer leur devoir d’informer en toute liberté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s