Au Liban, la sécurité des journalistes s’étudie aussi à l’université



Beyrouth. 16 mai 2017. L’Unesco, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et le ministère de l’enseignement supérieur du Liban ont lancé mardi 16 mai à Beyrouth un programme de formation de haute qualité pour les étudiants en journalisme libanais.



Mardi 16 mai, dans les locaux du bureau régional arabe de l’Unesco à Beyrouth, les enseignants en journalisme étaient conviés au lancement du programme “Sécurité des journalistes », à l’attention des étudiants libanais, avec la publication en arabe et en anglais d’un véritable manuel de bonnes pratiques pour les futurs confrères. Une collaboration entre l’Unesco, la FIJ et le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur.

“Parce qu’il étaient journalistes, près de 3000 consœurs et confrères ont été tués depuis 1990 dans le monde, a rappelé Anthony Bellanger, dans le locaux de l’Unesco à Beyrouth, et quasiment 700 dans le monde arabe et le Moyen Orient, soit deux par semaine ! La sécurité des journalistes nous concerne tous et la FIJ continue d’œuvrer à tous les niveaux afin que les journalistes puissent remplir leur mission d’informer dans votre région, mais aussi dans le monde entier. La FIJ continue aussi d’agir au niveau mondial avec les Nations Unies et l’Unesco et au niveau national avec ses affiliés à travers des formations à la sécurité pour les journalistes locaux. Cette formation universitaire entre tout à fait dans les perspectives qui sont celles de la FIJ, première organisation mondiale de journalistes avec 600.000 membres.”

Un cursus complet 


“La sécurité et la protection des journalistes font partie des missions de l’Unesco, a souligné Sylvie Coudray, chef de section au Secteur de la communication et de l’information de l’Unesco à Paris. Ce travail est intimement lié à notre combat contre l’impunité et l’Unesco est très fière d’accompagner cette formation avec la FIJ ici au Liban.”

Les étudiants libanais recevront des cours spécialisés sur la sécurité et les menaces dont sont victimes les journalistes sur le terrain, mais aussi sur l’éthique, la sécurité digitale, la gestion des risques, la couverture des manifestations et des guerres, le droit international et les Droits de l’Homme.
——-

Légendes (de droite à gauche) : George Awad, spécialiste des programmes au bureau régional de l’Unesco à Beyrouth; Sylvie Coudray, chef de section, Secteur de la communication et de l’information à l’Unesco/Paris; Dr Ahmad Jammal, du ministère de l’Enseignement supérieur du Liban; et Anthony Bellanger, Secrétaire général de la FIJ.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s